Image associée

 

 

René Jules Lalique (1860 - 1945) célèbre joaillier français. Connu pour ses bijoux d'inspiration Art Nouveau et son utilisation de matériaux nouveaux dans la bijouterie tels que la bakélite, la chrysoprase et le verre.

 

René Lalique...plus qu'un nom

 

Né en 1860 à Aÿ en Champagne, René Lalique se révèle parmi les plus grands de son temps, que ce soit comme bijoutier-joailler ou maître-verrier. Il marque les périodes de l’Art nouveau et de l’Art Déco par son style unique et reconnaissable entre tous. 

SES DÉBUTS

René Lalique entre en apprentissage en 1876 chez le bijoutier Aucoc. Après avoir suivi des cours de l’Ecole des Arts décoratifs de Paris et un séjour de deux ans en Angleterre, il s’installe en tant que dessinateur en chambre et fournit les plus grands bijoutiers comme Jacta, Boucheron, Cartier, Gariod... En 1885, il reprend l’atelier du joailler Jules Destapes et se lance pleinement dans sa carrière de bijoutier. 

 

¤ Lalique, René (1860-1945) Bijoutier, joaillier et orfèvre français - Les Arts Décoratifs - Art Nouveau french jewellery

Lalique, René (1860-1945) Bijoutier, joaillier et orfèvre français - Les Arts Décoratifs - Art Nouveau french jewellery

 

Diadem von René Lalique, Paris um 1903. Fotos: Schmuckmuseum Pforzheim

Diadem von René Lalique, Paris um 1903

 

René Lalique, Dessin asymétrique, émeraudes, © Lalique SA( ci-dessous )LALIQUE RenE, Dessin assymetrique, emeraudes (c) Lalique SA

Enfin, un musée Lalique en France !

Les oeuvres de René Lalique (1860-1945) sont présentées dans une cinquantaine de musées à travers le monde. En France, aucun équipement n’était spécifiquement dédié à cet artiste de génie.

Le Musée Lalique de Wingen-sur-Moder

Réalisé par l’Agence Wilmotte (Agence Wilmotte & Associés SA), le musée Lalique s’inscrit dans un cadre paysager tout à fait exceptionnel. Il est en effet aménagé sur les lieux mêmes de l’ancienne verrerie de Hochberg, en activité aux XVIIIème et XIXème siècles.

 

René Lalique - An extraordinary Art Nouveau gold, enamel and moulded glass necklace, Paris, circa 1900. In the Egyptian taste. Contained in its original silk and velvet lined leather Lalique case.

René Lalique - An extraordinary Art Nouveau gold, enamel and moulded glass necklace, Paris, circa 1900. In the Egyptian taste. Contained in its original silk and velvet lined leather Lalique case.

 

 

L’INVENTEUR DU BIJOU MODERNE

 « MIEUX VAUT LA RECHERCHE DU BEAU QUE L’AFFICHAGE DU LUXE. »

Corne, ivoire, pierres semi-précieuses, émail, verre… René Lalique utilise des matières jusqu’ici peu considérées dans la fabrication de bijoux. Ses pendentifs, broches et autres colliers figurent parmi les plus représentatifs du style Art nouveau. C’est Emile Gallé, célèbre maître verrier, céramiste et ébéniste français, qui lui donne ce surnom d’inventeur du bijou moderne. 

LES SOURCES D’INSPIRATION 

 

Femme, faune, flore... Les « 3F » qui résument les principales sources d'inspiration de René Lalique. L'artiste voue en effet une profonde admiration pour le corps féminin. Il s'inspire également beaucoup de la nature qu'il a tant observé enfant, lors de séjours en Champagne chez ses grands-parents maternels.

 

Portrait de René Lalique,

LE SUCCÈS

Les bijoux avant-gardistes de René Lalique plaisent à une élite intellectuelle. Parmi les clients les plus célèbres, on retrouve la comédienne Sarah Bernhardt et le magna du pétrole Calouste Gulbenkian. En 1900, René Lalique remporte un triomphe sans égal lors de l’Exposition universelle de Paris. C’est alors l’apogée de sa carrière de joailler. Mais, qui dit succès dit également tentative d’imitation, ce qui n'est pas pour plaire à René Lalique. 

 

René Lalique (1860-1945). Pavot. 1897. Or, argent, diamants brillantés, émail cloisonné et à jour, translucide mat et opaque brillant. Musée d'Orsay - Paris - France

 

René Lalique (1860-1945). Pavot. 1897. Or, argent, diamants brillantés, émail cloisonné et à jour, translucide mat et opaque brillant. Musée d'Orsay - Paris - France
The Faery Crossing | Un elfe célèbre : René Lalique - My Fairy Life
                                                     The Faery Crossing | Un elfe célèbre : René Lalique - My Fairy Life

 

 

POÈTE DU VERRE 

Le verre attire René Lalique depuis quelques temps déjà. En 1907, il rencontre le parfumeur François Coty. A partir de là, il crée pour lui et de nombreux parfumeurs des flacons destinés à des fragrances spécifiques : le contenant a désormais un lien symbolique direct avec le contenu. En 1913, René Lalique achète la verrerie de Combs-la-Ville où il développe la production de ses œuvres en série, dans le but de limiter les coûts et de permettre au plus grand nombre d’accéder à ses créations.

 

 

                LA CRÉATION DE LA VERRERIE D’ALSACE 

 

 

En 1921, René Lalique décide de construire une nouvelle manufacture à Wingen-sur-Moder. Il choisit les Vosges du Nord car il sait y trouver des verriers qualifiés et profite des incitations financières du gouvernement français suite la Première Guerre mondiale. « La Verrerie d’Alsace » se spécialise plus particulièrement dans les arts de la table. De nombreux services sont ainsi développés et commercialisés à travers le monde entier. 

 

CRÉATEUR ÉCLECTIQUE 

René Lalique s’illustre ensuite dans différents domaines décoratifs. Sa contribution à l'Exposition des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925, avec notamment la fontaine Les sources de France, est une démonstration de son savoir-faire en matière architecturale. On retient aussi de lui dans les années 1920 les bouchons de radiateur qu'il réalise pour les voitures. 

Artiste d'exception et industriel avisé René Lalique a su vivre pleinement dans son époque pour développer son entreprise. Il meurt le 1er mai 1945, laissant derrière lui un héritage artistique et un nom, qui restent célèbres encore de nos jours. 

 

                                                          René Lalique, Flacon Leurs Ames pour D'Orsay, 1913, © Lalique SA - Collection Silvio Denz

 

En fait, si le bijoutier Lalique utilisa progressivement le verre, c’était pour remplacer les gemmes. Translucide et transparent comme elles, il avait en effet l’avantage de pouvoir être conçu et fabriqué en fonction d’un projet final. René Lalique crée également de petits objets, vases et sculptures, selon la technique de la cire perdue. Avant d’expérimenter, un peu plus tard, la technique du soufflage dans un moule, mais un moule précieux, en argent ciselé, restant solidaire du verre qu’il enserre pour devenir monture.

Sa rencontre avec François Coty va lui ouvrir de nouveaux horizons. Non seulement elle va l’amener à créer et à produire des flacons de parfum, mais une véritable révolution technologique et commerciale s’opère. Grâce à l’inspiration et l’habilité de l’artiste, des pièces fabriquées en série accèdent au statut incontestable d’oeuvre d’art. Une manière de perpétuer la philosophie de l’Art nouveau qui voulait réconcilier Art et industrie.

 

René Lalique, Flacon Bouchon cassis, 1920, © Lalique SA - Collection Silvio Denz

 

RENE LALIQUE (1860-1945) FOR WORTH    Large bottle and cap model "In the night" blown-molded blue patina relief decoration of stars. Model created in 1924

RENE LALIQUE (1860-1945) FOR WORTH Large bottle and cap model "In the night" blown-molded blue patina relief decoration of stars. Model created in 1924

 

René Lalique - flacon de parfum

René Lalique - flacon de parfum

 

R. Lalique clear glass with sepia enamel La Belle Saison perfume for Houbigant, C. 1925.

R. Lalique clear glass with sepia enamel La Belle Saison perfume for Houbigant, C. 1925.

 

 

Si René Lalique fut un maître verrier de génie, on n’oubliera pas que ses réalisations architecturales contribuèrent aussi et pour beaucoup à son succès. Mentionnons pour mémoire sa participation à la décoration du paquebot « Ile de France » (1922); sa participation à l’Exposition des Arts décoratifs à Paris en 1925, à l’occasion de laquelle il réalisa, outre son propre pavillon, le décor d’une salle à manger pour le pavillon de la Manufacture de Sèvres où l’on pouvait admirer non seulement une table, des chandeliers et un service de verres sortis de ses ateliers, mais encore un plafond lumineux à caissons entièrement en verre.  Pour cette occasion, il créa également une fontaine dite des « Sources de France » d’une hauteur de 15 mètres, ornée de cariatides et que l’écrivain Colette qualifia de « Fontaine Merveilleuse ». En 1928, René Lalique est pressenti pour décorer plusieurs wagons Pullman pour la Compagnie Internationale des Wagons-Lits. En 1930, il réalise la décoration du choeur de la chapelle du couvent de la Délivrande à Caen. Oeuvre classée Monument Historique depuis 1987. En 1932, il réalise la décoration intérieure de l’église Saint-Matthew à Jersey. En 1934, les vitraux de l’église Saint Nicaise, à Reims. En 1936, la décoration (luminaires de verre) de la salle à manger de première classe de l’inoubliable paquebot « Normandie », véritable musée flottant. Mais René Lalique est encore l’auteur des portes de la grande salle de réception du palais d’un prince impérial japonais, amateur d’Art Déco, construit au début des années 30 et devenu aujourd’hui le Musée Teien de Tokyo (Musée Teien de Tokyo).

 

RENE LALIQUE OPALESCENT VASE WITH GRAY PATINA, MODEL INTRODUCED 1927

RENE LALIQUE OPALESCENT VASE WITH GRAY PATINA, MODEL INTRODUCED 1927

( vase Bacchantes )

 

René Lalique Glass - Perruches Vase c.1919. | via rlaliqueglass.com

René Lalique Glass - Perruches Vase c.1919.

 

René Lalique "MARTIN-PECHEURS" VASE, MARCILHAC NO. 92

 

                                                      René Lalique "MARTIN-PECHEURS" VASE, MARCILHAC NO. 92
Résultat de recherche d'images pour "RENE LALIQUE (1860-1945) "Gobelet Scarabées Rhinocéros" Circa 1897-1899"
                                                     
RENE LALIQUE (1860-1945) "Gobelet Scarabées Rhinocéros" Circa 1897-1899 À corps conique renflée en partie haute en cristal légèrement opalescent (éclats) soufflé dans une monture en argent ciselé et rehaussé d'émaux bleu canard et noir. Signé Lalique sur le pied de la monture et coléoptère ciselé sous la base. H. 15,8 cm D. 9 cm
Lalique, c’est plus qu’un nom, c’est une famille sur trois générations. Après René Lalique (1860-1945), c’est son fils Marc (1900-1977) qui lui succédera en 1945. Il restera dans l’histoire de Lalique celui qui, après avoir rénové l’usine de Wingen-sur-Moder endommagée par la guerre, remplacera le verre par le cristal. Marie-Claude Lalique (1935-2003), troisième générations de créateurs, deviendra en 1977 à la mort de Marc, son père, l’artiste de l’entreprise jusqu’en 1996.

 

 

 

Image associée