Afficher l'image d'origine

 

Des créatures étranges, et folkloriques

 

Ces créatures assez étranges peuplent le folklore de nos pays. Elles enchantent nos régions !

 

 

Afficher l'image d'origine

Le BECUT... un géant des Landes

On raconte que la dune de la plage de Contis, une petite ville des Landes, est l'endroit où a été enseveli l'ogre Bécut.  Si ses restes ont depuis longtemps disparu, la nature a gardé la trace de l'évènement légendaire.  Les circonstances de la la mort de ce géant de dix quintaux ( 1 tonne ! ) sont encore incertaines, tout comme l'origine de son nom ( créé à partir du gascon becut, personne gloutonne, ou des formules " ceux qui ont vécu " ou " pourvu d'un bec " ). Une choseest sûre : il ne terririse plus les bergers des alentours, ni les enfants ni les jeunes filles.  Il n'a toutefois pas été facile à capturer car, malgréson oeil unique situé sur le front, bécut courait aussi vite que le vent.  Le diable lui avait, en effet, pincé les jambes à la naissance, les rendant de cette manière, infatigables !

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Bergers des Landes...d'antan !

 

Unclassified - Delcampe.fr

 

Afficher l'image d'origine

 

 

La VOUIVRE... une vipère jurassienne

Représentée sous la forme d'un serpent aux ailes de chauve-souris, la vouivre ( du latin vipera, vipère ) appartient au monde du folklore jurassien.   Oubl;iée un temps, elle refait parler d'elle en 1941 dans le roman qui porte son nom, signé Marcel Aymé.  Tout le charme de cette créature tient à l'escarboucle portée sur son front dont l'éclat laisse des trainées de feu dans la nuit.   Celui ou celle qui parviendrait à s'en emparer serait à jamais riche et heureux.   Il suffit pour cela d'être patient et d'attendre que la créature se désaltère ou se baigne dans une rivière.  Elle dézpose alors cette pierre précieuse aux pouvoirs inconnus sur la rive, cachée sous une touffe d'herbe.

 

Vouivre représentée dans Saint Georges et le dragon de Paolo Ucello, 1450

 

Photographie d'un paysage de printemps autour de la ville de Saint Claude dans le Jura

Paysage du Jura....ville de Saint-Claude

 

 

Fichier:Dahu3.gif

Le DAHU... venu des Alpes

Ses pattes plus longues d'un côté que de l'autre lui permettent de vivre à flanc de montagne, mais le condamnent à toujours avancer dans le même sens.   Cet animal imaginaire a été créé pour se moquer de chasseurs crédules, venus de la ville.  Les locaux leur conseillaient de s'approcher derrière un dahu, et de siffler.  La bête, surprise, se retournait vers le bruit et, déséquilibrée, dévalait la pente.  Il ne restait plus à ceux, postés en contrebas et munis d'un sac, de le capturer.  Il semblerait qu'une malformation observée dans les Alpes, sur certains chamois, soit à l'origine de cette farce.   Quant à son nom, c'est encore un mystère...

 

Afficher l'image d'origine

 

 

Afficher l'image d'origine

chamois, accroché au flanc de la montagne, dans les Alpes...

 

 

Afficher l'image d'origine

 

La ronde des Farfadets, peinture de David Ryckaert III (en) (1612-1661)

 

Le FARFADET... de la Provence au Poitou

Seuls ceux qui ont su conserver leur âme d'enfant sont capables de les voir !  Hauts de quelques dizaines de centimètres, ces petits lutins domestiques, à la figure de vieillard réparent les outils et surveillent les animaux.   Espiègles, ils sont aussi amateurs de farces en tout genre, mais jamais malveillantes !  Leur nom est copié, au cours du XVIe siècle, sur un mot provençal ( fadet, peut-être issu de fada, fée...).   Etrange puisque les farfadets appartiennent surtout au folklore vendéen et poitevin.  Aujourd'hui, ils sont moins évoqués.  Seul le mot est parfois utilisé pour qualifier un homme vif et frivole.  Le souvenir sans doute du caractère fantasque de ces esprits follets.

 

 

Afficher l'image d'origine

 

 

 

Afficher l'image d'origine

 

La LUMERETTE... un feu follet du Nord

Selon la légende, c'est dans les bois de Puilly, au coeur des Ardennes que vivent les annequins, aussi appelés lumerettes ( petite lumière en patois local ).  Mieux vaut passer son chemin devant ces lutins, hauts comme la flamme d'une bougie.  Car, malgré  leur apparence avenante, ces êtres sont malfaisants.  Devant les voyageurs égarés, ils entament une ronde et finissent par faire disparaitre les malheureux.  Seule parade pour échapper à ce sort cruel, se jeter à terre, cacher son visage et attendre le jour afin que ces poisons rejoignent leur abri.  D'autres sources conseillent d'entonner quelques prières.  A bon entendeur...

 

Afficher l'image d'origine

Les Ardennes, bois, forêts, jolies croisières sur la Meuse...

Afficher l'image d'origine

 

Résultat de recherche d'images pour "la lumerette, du nord"

 

 

Afficher l'image d'origine