BARRES DE SEPARATION

 

TROIS ABBAYES... ROYALES !

 

 

Vue aérienne de l'abbaye de Fontevraud.

Abbaye de Fontevraud

 

 

Photo de Abbaye de Fontevraud de Maine-et-Loire

 

Afficher l'image d'origine

Le cloître

Portail d'entrée

La nef

 

Salle capitulaire, décorée de magnifiques peintures en fresques, sur la vie, mort de Jésus, ascension de la Vierge Marie...etc.

 

Alienor d'Aquitaine en prière - détail d'une miniature du XIVème:

Aliénor d'Aquitaine, en prières...

FONTEVRAUD... & Aliénor d'Aquitaine

A l'origine, un ermite, Robert d'Arbrissel, fonde cette abbaye en Touraine en 1101.   Très vite, elle attire les dons des Seigneurs des alentours et devient très courue.  Pourquoi un tel engouement pour ce lieu ?

UNIQUE... Tout d'abord Fontevraud ne dépend d'aucun ordre religieux et surtout, à sa tête, est nommée une abbesse.  De surcroît, cette femme devait être une veuve, qui avait eu parfois des enfants, des domaines à gérer.  autre fait étonnant, cette abbaye accueille indifféremment moines et moniales.  Ainsi, au début du XIIe siècle, l'abbaye regroupe au total 300 moniales et 70 moines.

UNE VIE REMPLIE... Après deux mariages, l'un avec Louis VII, puis l'autre avec Henri II ( Plantagenêt ), qui l'ont faite reine de France, puis d'Angleterre, une croisade ( la deuxième ), 10 enfants et quinze ans de captivité, Aliénor d'Aquitaine prend le voile dans cette abbaye qu'elle avait chérie tout au long de sa vie, avant d'y être enterrée, le 31 mars 1204, auprès de son fils adoré, Richard Coeur de Lion !

 

Afficher l'image d'origine

Aliénor d'Aquitaine

Gisants exposés dans l'abbatiale. Au premier plan, Isabelle d'Angoulême et Richard Cœur de Lion, au second plan, Aliénor d'Aquitaine et Henri II.

 

BARRES DE SEPARATION

 

Fichier:Basilique Saint-Denis.jpg

Basilique Saint-Denis

 

Basilique de Saint-Denis : portail central

 

Afficher l'image d'origine

 

Blanche Castille doit défendre le royaume de Louis IX âgé de 12 ans.

Blanche de Castille et son fils Louis IX ( vitrail dans l'église de Bellême, dans le Perche )

 

SAINT-DENIS... & Blanche de Castille

Blanche de Castille qui a fait construire Maubuisson ( à l'ouest de la capitale ), nécropole royale, ne repose pas dans sa chère abbaye, mais auprès de son petit-fils, Louis de France, à Saint-Denis, près de Paris.  Mais qui a eu vraiment l'idée de construire Saint-Denis ?

DETERMINEE... Geneviève de Paris voulait élever une chapelle à l'endroit où repose Denys l'Aéropagist*, un évêque venu en Gaulle pour l'évangiliser.   C'est chose faite en 475.   Après la destruction de plusieurs églises, l'abbé Suger ( qui édifiera Notre-Dame de Paris ) fait construire une abbaye en 1140 ( près de l'actuelle basilique ).   C'est là que seront couronnées de nombreuses reines et enterrés les rois.

Aujourd’hui comme autrefois, quoique plus modestement, les grands souvenirs de la Patrie et de la Religion assurent à la Basilique de Saint-Denis un rang hors pair parmi les principales Eglises de France.

 

Basilique de Saint-Denis (près de Paris).

 

BARRES DE SEPARATION

 

Abbaye de Maubuisson

 

Afficher l'image d'origine

Abbaye de Maubuisson à Saint-Ouen l'Aumône. Trois grandes baies éclairent la salle du chapitre

 

Afficher l'image d'origine

Aujourd'hui, propriété du Conseil Général du Val d'Oise, dédiée à l'art contemporain, l'abbaye produit de grandes expositions monographiques développant des programmes de recherche, de production et de médiation autour des deux axes qui structurent son identité

 

Afficher l'image d'origine

Le parc

 

Bonne of Luxembourg, with her husband Jean.jpg

Bonne et Jean dans un psautier.

Bonne de Luxembourg (en latin : Bona; en allemand Jutta - ou Guta - von Luxemburg), née le 20 mai 1315, morte le 11 septembre 1349 à l'abbaye de Maubuisson, fille de Jean de Luxembourg, roi de Bohême, a été duchesse de Normandie par son mariage avec l'héritier du royaume de France, le futur roi Jean de Valois dit le Bon. Morte moins d'un an avant l'accession de son époux au trône, le 22 août 1350, elle ne devint jamais reine de France.

 

 

MAUBUISSON... & Bonne de Luxembourg

A plus de 80 ans, Aliénor d'Aquitaine quitte l'Espagne et ramène en France une de ses petites-filles.  Parmi les princesses de la cour de Castille, Aliénor choisit celle qu'elle estime la plus apte à devenir l'épouse du roi de France, Louis VIII.   La vieille reine voit juste.  La jeune-fille, Blanche de Castille exercera le pouvoir d'une main de fer.  Et c'est elle-même, Blanche de Castille, qui fera édifier l'abbaye de Maubuisson, à l'ouest de Paris, en 1236.   Plus d'un siècle plus tard, Bonne de Luxembourg y sera enterrée.

CULTIVEE !... Bonne de Luxembourg est la soeur aînée de Charles IV.  En 1332, elle est mariée au futur roi de France, Jean Le Bon.   Cultivée, elle fait venir à sa cour, Guillaume de Machaut, l'un des plus prestigieux musiciens et poètes français du XIVe siècle, et le soutiendra jusqu'à ce qu'elle meure, en 1349.   Victime de la peste, elle est inhumée à l'abbaye de Maubuisson.   Soeur d'Empereur, mère de rois ( Charles V et Philippe Le Hardi ), elle ne fut jamais reine, mais laissa un psautier ( 150 psaumes ) qui porte son nom.

 

Psautier de Bonne de Luxembourg, les trois morts et les trois vifs, folios 321-322

 

Le parc de Maubuisson

Le parc arboré de huit hectares permet la découverte de vestiges archéologiques. Ruisseau, canal et miroirs d'eau agrémentent la promenade et témoignent des aménagements hydrauliques du Moyen Age jusqu'au XVIIIe siècle. Certains aménagements hydrauliques remontent à la création du monastère, installé au confluent du ru de Liesse et de l'Oise. Le canal collecteur qui court sous le bâtiment des latrines remonte au XIIIe siècle, la rectification du lit de la rivière et le creusement du grand bassin datent de la rénovation des jardins aux XVIIe et XVIIIe siècles. La "coulée verte" de la ville, qui longe le ruisseau et les étangs qu'il traverse, dessert le parc pris dans un environnement urbain très dense. Enclavé entre trois voies ferrées, il promet aux promeneurs une vraie respiration et une véritable détente sur ses vastes pelouses et sous ses vieux platanes. Les expositions qui y organisées chaque année se déploient dans la grange, les anciennes salles du monastère mais aussi dans le parc. Les artistes, étudiants ou confirmés, y proposent des installations éphémères ou définitives qui surprennent le regard et décalent les perceptions.

 

Afficher l'image d'origine

 

Afficher l'image d'origine

 

les reflets de l'étang

Abbaye de Maubuisson - Amandine Angenard

 

Abbaye de Maubuisson - Amandine Angenard

 

Afficher l'image d'origine

les étangs

 

 

 

 

BARRES DE SEPARATION