Hebergeur d'image

De l'Amérique latine au Pacifique, les danses occupent une p)lace à part, et font vibrer !

 

LES  DANSES  SOLEIL  !

 

 

Afficher l'image d'origine

Le sirtaki... né pour le cinéma

C'est la danse grecque la plus connue à travers le monde.  Et pourtant, il ne s'agit pas d'une danse traditionnelle !   Elle a été créée, en 1964, pour le film " Zorba le Grec ", avec Anthony Quinn, sur une musique de Mikis  Theodorakis.  En fait, le sirtaki est le mélange de deux grands styles bien connus en Grèce : le syrtos ( mouvements à pas lents et près du sol ), et le pidikthos ( sautillant et rapide ).  Les deux connaissent de nombreuses déclinaisons selon les régions de Grèce, comme le Kalamatianos, dans le Péloponèse.   La particularité du sirtaki ?  Il se danse en cercle ou en ligne, les mains sur les épaules du voisin et en levant une jambe après l'autre.

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Afficher l'image d'origine

 

 

La salsa... à toutes les sauces

Le mot espagnol salsa signifie sauce !  C'est un mélange de plusieurs danses et styles musicaux africains et latino-américains, mâtinés de jazz.   Son origine est cubaine : elle est issue du " son montuno ", genre musical apparu à Cuba à la fin du XIXe siècle.  Le mambo, la pachanga, le merengue de République dominicaine ont apporté leurs influences jusqu'à l'apparition de la salsa, dans les années 1970.  Sa rythmique particulière, appelée " clave ", donne à la salsa son côté entrainant et sensuel.

 

 

Afficher l'image d'origine

 

 

Afficher l'image d'origine

 

La rumba... aux rythmes irrésistibles

Venue de Cuba, la rumba est certainement la plus rythmique des danses caribéennes.   Ses influences africaines, et notamment congolaises, sont indéniables, notamment dans les percussions utilisées.  Apparue au XIXe siècle, dans les villes portuaires de La Havane et Matanzas, c'était initialement une danse exclusivement masculine.  Les messieurs mesuraient de cette manière leur habileté et leur souplesse.  C'est plus tard que la rumba ( dérivée de l'Espagnol rumbo, en route ) est devenue mixte, invitant hommes et femmes à tourner sur eux-mêmes dans une sorte de transe.

 

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Afficher l'image d'origine

La samba... tous les métissages du Brésil

La samba est née au début du XXe siècle au Brésil, au coeur des bidonvilmles de Rio de Janeiro, dans les communautés d'anciens esclaves africains.  Puis, dans les années 1930, elle accompagne le carnaval.  Rythmique, énergique, lontemps jugée " obscène ", c'est un mélange d'influences africaines, indiennes et coloniales : tous les métissages du Brésil s'y retrouvent !   En dialecte bantou, " semba " ( avec un E ) désigne un nombril.  Et en umbundu ( la langue d'un peuple de l'Angola ), samba signifie " être excité " !

 

Afficher l'image d'origine

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Afficher l'image d'origine

La habanera... de l'Afrique à la Catalogne

Comme son nom l'indique, la habanera ou "  havanaise " ' de la Havane ) est une danse cubaine.  Née dans les années 1830, elle partage les mêmes origines que le tango en Argentine et le candombe en Uruguay.  C'est un croisement entre rythmes africains et orchestrations hispaniques.  Il existe une version catalane de la habanera, créée au XIXe siècle.  Entrainante et voluptueuse, la habanera est sensuelle et physique.  Parmi les mélodies célèbres, mentionnons " l'Amour est un oiseau rebelle ", dans l'opéra " Carmen ", de Georges Bizet !

 

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Afficher l'image d'origine

 

Le limbo... Attention au bâton !

Ce défit physique originaire de Trinité-et-Tobago, dans la mer des Antilles, consiste à passer plusieurs fois sous un bâton horizontal, qui descend de plus en plus près du sol, sans jamais le toucher.  Il a été assimilé à une danse, rythmée par des musiques afro-caribéennes, dans les années 10950.  Le mot limbo serait une version hispanisée du vieil anglais " Limber " ( charrette ).  Parce qu'il fallait initialement passer sous une charrette ?  Le record mondial est détenu, depuis 2010, par une femme de Trinité-et-Tobago, descendue sous la barres de... 21,5 cm !

 

Afficher l'image d'origine

 

 

Hebergeur d'image

 

 

Afficher l'image d'origine

 

4.jpg

Le  TANGO... la passion de l'Argentine

C'est un pilier de la culture argentine, et un pan majeur du patrimoine musical et chorégraphique mondial.  Le tango est apparu en Argentine dans la deuxième moitié du XIXe siècle, chez les descendants des esclaves noirs de la banlieue de Buenos Aires.   En dialecte kicongo, tango signifie d'ailleurs " l'endroit où l'on se retrouve ".  Comme la habanera cubaine et le candombe uruguayen, entre autres, le tango est la synthèse de la tradition musicale latino-américaine et des rythmes africains.  Cette musique et cette danse ont commencé à se populariser au début du XXe siècle et ont été propulsés au firmament par des artistes tels que Roberto Firpo, Carlos Gardel et Astor Piazzolla.  Sa particularité vest d'être une danse semi-improvisée, dont les pas ne sont pas décidés à l'avance, mais sont impulsés par les deux partenaires.

 

 

 

Hebergeur d'image

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Afficher l'image d'origine

La biguine... Souvenir des Antilles

Traditionnelle dans les Antilles françaises, et plus précisément en Martinique, la biguine ( mot créole à l'étymologie incertaine ) est un cropisement entre l'héritage africain, venu des esclaves, et les traditions musicales européennes.  C'est à partir du XVIIIe siècle que les danses rythmiques antillaises issues d'Afrique de l'Ouest, ont évolué avec les musiques orchestrales françaises.  Il est probable que, par la suite, la biguine ait influencé l'essor du jazz " New Orleans ", en Louisianne...  Très appréciée en France métropolitaine dans les années 1930, la biguine a décliné dans les années 1970.   Elle reste très populaire aux Antilles, malgré la concurrence du zouk, un genre plus récent et plus commercial.

 

Afficher l'image d'origine

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Afficher l'image d'origine

Le mambo... Le jazz sauce cubaine

Le mot " mambo " pourrait avoir des origines africaines : selon le dialecte angolais ou congolais, il signifie " voix en choeur ", " berceuse ", ou " chant sacré ".  Le mambo est né à Cuba en 1937 : deux frères musiciens, Orestes et Israel Lopez, font évoluer le traditionnel " danzon ", musique orchestrale cubaine, en se nourrissant des influences du jazz américain, mais aussi des musiques haïtiennes comme la " tumba francesa ".  Musicalement, le mambo est une sorte de déclinaison du " danzon ".  Dans le style, la danse est proche de la salsa.

 

Afficher l'image d'origine

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Afficher l'image d'origine

Le tamouré... La séduction de Tahiti

C'est un dérivé de genres très anciens, le "  'upa'upa  " et le "  'ote'a  ".   Le tamouré se danse à deux. Jugé obscène par les premiers missionnaires, il a longtemps été interdit.  C'est à partir des années 1980 que les Tahitiens ont pu réintroduire leurs traditions dans les fêtes publiques, notamment le jour du 14 juillet.  Le mot tamouré vient du nom d'un poisson de l'archipel des Tuamotu.  Généralement, cette danse est appelée " ori Tahiti " ( danse tahitienne ).

 

P1130023

 

Afficher l'image d'origine

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Afficher l'image d'origine

 

Afficher l'image d'origine

Le flamenco... aux sources de l'Espagne

Offficiellement codifié au début du XVIIIe siècle, le flamenco pourrait avoir des racines antérieures au XVe siècle.   C'est un mélange de culture gitane, de musique arabo-andalouse, d'influences juives et chrétiennes.  Toutes les strates de l'Histoire de l'Espagne se conjuguent dans cette tradition musicale passionnée et intense, dont le berceau se trouve manifestement à Triana, quartier historique de Séville.    Le mot flamenco pourrait venir de l'arabe " felah-mengus ", " paysan errant ".  Le flamenco peut se danser seul ou a deux, par un homme ou une femme.

 

Afficher l'image d'origine

 

Le flamenco: une danse de caractère

 

 

 

Hebergeur d'image