séparation

 

Plumages chamarrés, parades endiablées, les paradisers ne sont pas des volatiles comme les autres.  Deux biologistes les ont suivis pendant huit ans...

 

 

Lesser Bird-of-paradise,   Paradisaea minor The Lesser Bird-of-paradise is medium-sized, up to 32 cm-long, maroon-brown with a yellow crown and brownish-yellow upper back. The male has a dark emerald-green throat, a pair of long tail-wires and is adorned with ornamental flank plumes which are deep yellow at their base and fade outwards into white. The female is a maroon bird with a dark-brown head and whitish underparts.:

 

 

Oiseau de paradis:

 

LE PARADISIER...

En livrée nuptiale, le mâle présente des couleurs particulièrement resplendissantes. La tête est jaune d'or et tranche remarquablement avec la gorge d'un vert profond. Le bec puissant, en forme de pince à épiler est bleu-ciel. L'ensemble du corps, manteau et parties inférieures, est brun chocolat, hormis le haut de la poitrine noir et deux demi-arcs de cercle jaunes qui recouvrent les épaules. Caractère sans doute le plus significatif, le mâle possède sur les flancs une touffe de longues plumes duveteuses rouge écarlate. Pendant la parade nuptiale, ces plumes sont tenues gonflées pour créer une fontaine de couleur lorsque l'oiseau se dandine de haut en bas. Les pattes ont des doigts qui lui permettent de s'agripper fermement aux branches lorsqu'il  se balance et se penche en avant pour exhiber son plumage.

 

 

Greater Birds of Paradise in flight:

Le chant...Au summum de l'excitation, les mâles émettent une série de cris nasaux et aigus qui montent et qui descendent en ton et en intensité. Pendant les périodes plus calmes, ils lancent une seule note métallique. Les autres cris sont des sortes de beuglements rauques et sonores, tous dans le même ton, croissant en volume et ralentissant dans le rythme vers la fin.

 

 

Bird-of-Paradise:

La mise en scène du  paradisier

Le mâle pousse la sophistication très loin : il construit des scènes nuptiales particulièrement soignées. Il commence par construire une petite "haie d'honneur" d'une cinquantaine de centimètres de haut, orientée du nord au sud, puis dispose des objets gris ou blancs avec une certaine logique.

 

 

Quand une femelle s'engage dans l'allée (en entrant par le côté sud), le mâle se place à la sortie et jette des objets colorés pour attirer son attention. Qui plus est, les chercheurs ont constaté que la disposition en gradient de taille crée une illusion d'optique : une perspective forcée qui fait paraître le mâle plus imposant lorsqu'il se tient à la sortie de l'allée (au nord) et que la femelle le voit depuis l'entrée. Reste à savoir si les femelles sont réellement sensibles à cette illusion ou si elles apprécient juste la symétrie et les couleurs ! 

 

 

Afficher l'image d'origine

 

 

animal-architecture-nests-4-6

Arboricole, le Paradisier  vit en solitaire. Mâle et femelle ont peu de contacts en dehors de la période de reproduction. Alors que le mâle a des couleurs chatoyantes, la femelle est d'un brun uni. En dépit de sa parure modeste, c'est elle qui choisit son partenaire. Pour impressionner les femelles, les mâles utilisent une zone de parade, appelée lek, où ils dansent .  Au lieu de parader seuls, comme la plupart de leurs cousins, les paradisiers de Raggi se rassemblent pour cela sur des aires au sommet des arbres. Jusqu'à 20 mâles s'installent, chacun sur une branche, mais habituellement, au cours de la saison, seuls un ou deux parviennent à s'accoupler, les autres paradant en vain. Lorsque les femelles apparaissent sur l'aire de parade, les mâles se précipitent vers elles, criant avec excitation, en sautillant, en frappant bruyamment leurs ailes et en agitant leurs plumes. Cette frénésie initiale est suivie par une période plus calme mais toute aussi spectaculaire au cours de laquelle chaque oiseau cherche à surmonter ses rivaux en mettant en valeur les beautés de son plumage. Après s'être accouplé, le mâle se remet à danser pour attirer d'autres femelles.

 

Afficher l'image d'origine

 

Un seul petit à la fois

Un ou deux jours après l'accouplement, la femelle pond un œuf. Les œufs des oiseaux de paradis sont longs de 25 à 36 mm pour une circonférence de 15 à 27 mm ; ils ont une forme oblongue et un bout plus gros que l'autre. Leur couleur varie de l'orangé au crème en passant par une teinte roussâtre ou rosée. Ils sont toujours marqués de taches lavande, grises, brunes ou rougeâtres, harmonieusement disposées dans le sens de la longueur de l'œuf et s'intensifiant du petit bout vers le gros bout. Mais ces deux pôles n'arborent que la couleur de fond.

L'incubation dure de 13 à 21 jours selon les espèces. Les femelles alimentent leurs poussins surtout avec des insectes, du moins chez les Paradisaea. Le mâle ne participe à l'élevage que chez les rares espèces monogames comme  Manucodia. Le jeune quitte le nid entre 2 et 4 semaines après son éclosion. Mais, pendant encore environ 3 semaines, selon les observations des scientifiques, ces immatures, possédant déjà un plumage identique à celui des femelles, continuent à quémander de la nourriture à l'adulte qu'ils accompagnent. Mais on ne sait rien de la structure sociale de ces jeunes puisque leur plumage ne permet pas de les distinguer des femelles.

 

Le Paradisier  se nourrit de fruits, d'insectes, d'araignées, de grenouilles et de lézards. Les sources de nourriture sont abondantes dans les luxuriantes forêts tropicales de Nouvelle-Guinée, car peu de mammifères les exploitent. Les mâles en livrée nuptiales se nourrissent surtout autour du lek. Les femelles et les jeunes mâles se rassemblent en petits groupes et patrouillent sur une plus large zone.

 

 

PARADIS

 

 

Afficher l'image d'origine

  1.  Il y en de tas de couleurs, aussi beaux les uns que les autres...Le Paradisier bleu, tête en baset ouvrant ses ailes d'un magnifique bleu irisé pour former un large halo à deux tons au-dessus de sa tête noire.

 

 

 

Afficher l'image d'origine

 

séparation